Rsum des textes matures

Institutrice m?re ? forte poitrine

Mais lorsque du jour au lendemain, je me suis enfin mis à réviser comme un fou, elle a bien compris que j’avais des problèmes. Pour une fois, je dois reconnaître qu’elle a été philosophe. Elle m’a demandé quelle était la matière avec laquelle j’avais le plus de soucis. Je lui ai répondu sans hésiter que c’était le français. Le jour dit, je me suis rendu chez cette dame avec mes affaires de français et quelques livres. Elle habitait dans une charmante petite maison un peu décrépite toutefois, recouverte par des tonnes de lierre. J’ai sonné à la porte et elle est rapidement venue m’ouvrir. Viviane était une femme de petit taille, avec des cheveux plutôt longs, teints en roux, assez maquillée et - je dois reconnaître que ça m’a frappé d’entrée - une magnifique poitrine -Allons, allons, il faut te détendre. Laisse-toi aller, je vais te guider. Elle me dit la main entre les jambes et constata que j’étais prêt à la pénétrer. En effet, je bandais comme un cheval. Elle se retourna et, comme si j’avais eu peur d’affronter son regard, je suis enfin passé à l’action. J’ai collé mon bassin contre son cul et me suis agrippé à ses seins. Je me suis mis à les caresser sûrement assez maladroitement et à lui embrasser le cou.
Institutrice m?re ? forte poitrine

Loueuse mature

Faut dire que je m’y prenais trop tard. J’avais passé l’été à longer la Costa Brava, à m’arrêter dans tous les bars et culbuter quelques petites Espagnoles par-ci par-là. Ah ça, je ne le regrettais pas. Par contre, j’avais complètement oublié qu’une fois la rentrée venue, je devrais bien me loger à Rennes, la ville dans laquelle j’allais désormais étudier […]

C’était vendu ! Surtout que j’avais bien fait le gentil poli bien élevé devant la dame. Parlons-en de celle-ci, surtout qu’elle a un rôle important dans la suite de l’histoire. Elle devait avoir cinquante ans, les cheveux coupés au carré, bruns. Elle était encore mince et j’avais l’impression que ses formes devaient encore être fermes. Je n’étais pas spécialement axé matures […]

Mais ma conscience me dit enfin « Ecoute mec, de toute façon là elle est en train de te sucer comme une chienne. Ça te fait une nouvelle expérience. Dis-toi pas que la bonne femme est vieille, mais plutôt qu’elle sait mieux s’y prendre que les jeunes, vu qu’elle a sucé pendant des années déjà. » Et c’était vrai, je bandais comme un malade et la chiennasse suçait vraiment bien [
Loueuse mature

La camarade mure

J’avais passé ma jeunesse à manifester contre tout et rien. Je crois même que j’avais foutu le feu à quelques fast foods. Je n’en étais pas particulièrement fier, mais à l’époque, j’étais convaincu que le capitalisme était à l’origine de tous les problèmes du monde, même si j’en avais pas vraiment encore. Les années passèrent. Je m’intéressais toujours à la politique, mais je n’avais plus très envie de manifester tous les dimanches. Je voulais faire autre chose […]

Je me mis à aller à un max de réunion. Ça plaisait beaucoup à Madame. Moi j’étais toujours content de la voir, et j’avais aussi envie de monter vite les échelons. C’était possible, car y avait plein de loosers dans ce parti, leur passer devant serait easy. Par contre, après un congrès, il s’est mis à y avoir d’autres jeunes hommes, et je remarquai qu’elle était aussi sympa avec eux qu’elle ne l’avait été avec moi […]

Pourtant, je ne voyais pas les choses ainsi, je les sentais autrement, je me trouvais parfaitement dominé, mais je voyais mal comment je pourrais prendre le dessus sur cette femme formidable. J’étais dominé dans tous les sens du terme, et au fond, je n’avais pas envie de me plaindre [
La camarade mure

Une amante experimentee pour cours particuliers

Il m’est arrivé il y a quelques mois une histoire peu banale que je tiens à vous raconter ici. Cela me permettra, je l’espère, de voir les choses avec plus de recul. J’avais accompli mes études universitaires très rapidement car j’avais hâte d’être dans le monde du travail, tout en ayant un bon diplôme. Je m’apprêtais donc à terminer ma thèse, et donc d’obtenir un doctorat de géographie […]

Elle s’assit et, comme hypnotisé, je mis ma main sur sa cuisse, lentement. Elle sourit. Je compris que c’était exactement ce qu’elle attendait. Dire que j’avais craint sa réaction ! Elle vint sur moi. J’étais aux anges. Elle prit mon visage entre ses mains et me fixa longtemps, du moins c’est l’impression que j’ai eue. En réalité, ça a dû être très court. Moi, j’ai mis prudemment mes mains sur ses hanches […]

Finalement, je n’eus pas directement le loisir de me vider les couilles dans sa bouche car elle fut prise d’une soudaine envie de se faire fourrer. J’enfilai rapidement un préservatif et répondis à son attente. Evidemment, ma queue était bien dure. Je craignais simplement d’éjaculer trop vite, mais c’était oublier que j’avais affaire à une amante expérimentée [
Une amante experimentee pour cours particuliers

Culbutée dans un sac de couchage

Les Néo-zélandais sont des gens qui aiment faire des treks dans la nature, c’est un sport national là-bas, ils nomment ce sport le « tramping ». Ils disent que c’est une façon de s’évader, moi je crois plutôt que c’est un bon moyen de se retrouver seul avec des femelles. Je me devais donc, lors de mon récent voyage là-bas, d’essayer ce sport […]

Après plusieurs heures de marche soutenue, on s’arrêta dans une clairière et elle proposa de s’installer à cet endroit pour la nuit. Apparemment, beaucoup de gens devaient connaître cet endroit, car il y avait des traces de feux de camp. On monta la tente minuscule et on alluma un feu. On passa la soirée à discuter et à boire son alcool dégueulasse mais très fort. Il me fit vite tourner la tête. Nos discutions tournaient surtout autour du sexe […]

Elle sortit consciencieusement mon sexe et l’observa avec curiosité et intérêt. Elle le lécha de bas en haut avec le bout de sa langue et caressa mes couilles avec ses doigts d’experte. Je me sentais soulagé. Elle sortit complètement de son sac de couchage et vint s’enfiler dans le mien [
Culbutée dans un sac de couchage

Patronne mature tringlée en coulisses

Mais quel job de merde. C’était tout ce que j’avais trouvé, placeur dans un petit théâtre minable de banlieue. Toute la journée, des racailles tournaient autour, mais elles n’y entraient que pour utiliser les chiottes. Le public était composé de vieilles croûtes habillées bizarrement et qui trouvaient fantastiques des spectacles dans lesquels il ne se passait rien […]

Après avoir suivi ma patronne dans les coulisses, je la vis s’affairer autour de ces cartons. Son cul s’agitait devant moi. Mais c’est qu’il était encore correct ce cul. Ça avait même l’air d’être la partie la mieux conservée de l’ensemble. J’eus donc automatiquement envie de le tester […]

En général, après une première partie de baise, j’en demande toujours plus, je suis super exigeant avec la nana. Mais là, je pensais en avoir fini et retourner bosser. C’était sans compter sur la nymphomanie de ma vieille amante du soir. Alors que j’allais faire demi-tour, elle se jeta sur moi, malgré son cul recouvert de mon foutre, et me saisit la queue redevenue molle. Ça ne l’empêcha pas de l’absorber totalement [
Patronne mature tringlée en coulisses

La maitresse d'école

Quand j’étais gamin, il m’est arrivé d’être amoureux de ma maîtresse d’école. Pas vous ? Enfin bref, évidemment ça ne restait que de l’ordre du fantasme de pervers, même si je me souviens parfaitement que déjà très jeune, je m’imaginais en train de mettre des bonnes femmes à poil et de leur enfiler ma bite dans la chatte, même si je n’étais pas encore équipé correctement […]

Alors que j’étais en train de lui ôter son chemisier pour mieux avoir accès à sa poitrine sympathique lorsque j’eus un bad trip qui faillit tout faire rater. La porte de la classe était ouverte. J’imaginais déjà une armée de mioches en train de nous mater. Ma couardise eut le dessus sur mon envie de baiser la prof. Je l’abandonnais quelques secondes […]

Je les malaxais avec toute la patience que méritait cet instant merveilleux, puis je menai ma bouche à eux et les savourai comme le plus délicieux des plats. Requinquée, mon amante se mit à se caresser le clitoris. Il était temps que nous passions aux choses sérieuse.[
La maitresse d'école